Angoisse du 8ème mois

Angoisse du 8ème mois

1- Qu’est-ce que c’est ?

 

Bébé hurle dès que vous sortez de la pièce, il ne veut plus aller dans les bras de vos ami(e)s, ni sourire à la caisse du supermarché, ni même faire un câlin aux personnes de la famille. Son visage se crispe Il exprime son inquiétude face à un étranger. Vous passez des heures à le calmer dans vos bras Il ne veut que sa mère (ou son père) et n’est apaisé que près d’eux. Nous y voilà! Bienvenue dans l’angoisse du 8 ème mois !

 

2- Que se passe t’il pour lui ? 

 

L’enfant qui était alors en fusion avec sa mère depuis sa formation dans l’utérus, commence un processus d’individualisation, de « défusion ». Alors qu’il ne distinguait pas qu’il était différent de sa mère avant cela, il en prend conscience avec angoisse autour du 8 ème (cela peut être un peu avant ou un peu après).

Petit à petit, il construit une conscience de lui en tant qu’être singulier, séparé de sa mère et des autres. C’est cette prise de conscience qui le met en insécurité et le rend très inquiet devant d’autres personnes ou lors d’une séparation. Ce qui est très difficile quand on doit partit travailler et qu’on doit laisser son enfant en larmes et apeuré. On se sent coupable de le laisser dans cet état émotionnel et du fait de l’empathie parentale présente, notre coeur de parent se déchire et c’est un réel traumatisme pour le(s) parent(s) et l’enfant.

 

3-Que faire?

 

Il est primordial d’accueillir l’émotion du tout-petit, la respecter et la considérer. Imaginez, il se sentait en sécurité ne se dissociait pas de sa mère et là il réalise soudain, qu’il n’est pas son parent mais qu’en plus ce parent peut s’absenter, ce qui l’angoisse profondément. Ce n’est pas rien c’est vraiment une vive émotion et une vive douleur pour l’enfant.

L’utilisation d’un objet transitionnel (doudou, linge avec l’odeur de la maman…) pendant les temps de séparation, peut être un bon support pour l’enfant lors de cette période difficile à vivre pour lui et ses parents. 

La présence d’un parent lors des périodes de transition pour une garde en crèche ou chez une assistante maternelle ou des amis est très importante. Que l’enfant se sente en sécurité et apprivoise l’environnement avec le soutien de ses parents.

 

 4-C’est bon signe ?

 

Selon la théorie du Docteur Spitz, un psychiatre américain, 3 signes sont garants d’une bonne construction psychique de l’enfant qu’il appelle « organisateur »: 

1/Le premier organisateur : le sourire réponse que l’enfant esquisse autour de 2 mois en réponse à un visage humain.

2/Le deuxième organisateur : la fameuse angoisse du 8 ème mois découlant de la reconnaissance de l’identité maternelle.

3/Le troisième organisateur : Le « NON! » entre 12 et 18 mois. Il identifie l’autre ainsi que sa propre volonté et affirme son individualité.

 

Donc pour résumer, oui en effet, cette angoisse est un très bon signe de la construction harmonieuse de la personnalité de l’enfant. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir même si c’est un moment très difficile à vivre pour les parents, et très culpabilisant quand on doit se séparer de l’enfant pour aller travailler.

 


Liste des commentaires


Ajouter un commentaire


N'hésitez pas à nous laisser votre avis

Vous avez des propositions ou des remarques ? N'hésitez pas à nous contacter!

Nous contacter!